Pages Navigation Menu

Filosofía y Metapolítica

Ontologie du secret, PUF, Paris, 2012. – Pierre Boutang

L’ouvrage

« Je décris et termine ici une longue enquête, conduite inégalement, mais jamais délaissée depuis le seuil de l’âge d’homme : sur l’être tel qu’il se cache et se montre dans le secret. […] La diversité des secrets, leur contour matériel, ni l’intention de leur forme, ne se trouvent hors de notre souci leur parcours — tantôt tenace, tantôt distrait, car il n’est pas sûr qu’ils se livrent ou se prêtent mieux à la réflexion la plus intense et la plus avare — fut la règle même du voyage, imposant son rythme. Mais pour ces secrets, en leur dénombrement empirique et leur description à loisir, il existe une littérature, une psychologie, et le chantier reste ouvert […] anticipant avec superbe sur tous les résultats, ce projet avait été nommé — il y a trente-trois ans — et accepté par mon maître Jean Wahl : “ontologie de l’idée d’origine” » (P. B., « Liminaire »).

« La langue et la pensée de Boutang sont si belles que Gabriel Marcel dira de l’Ontologie du secret [en 1973] que c’est “un ‘monument’, et ceci de bien des manières : par la richesse de l’analyse, par la profondeur de la méditation, et surtout par quelque chose d’autonome qui est exceptionnel”. […] George Steiner à son tour, à qui Boutang sera lié par une amitié d’étoiles, n’hésita pas à placer ce texte magnifique à côté des dialogues de Platon. » (J.-F. Mattéi, « Préface »).

Table des matières

Préface de Jean-François Mattéi
Liminaire

DESTIN
Le tragique — Le sous-produit du destin — « Numen » — Immanence et secret — Cause et conscience — Un exemple — « Hors et dans nous »

PARAÎTRE
I. La séparation
Secret naturel et schisme — Le vêtement — Retrait — La « Chekhina » — Être et paraître — Dans l’espace : « la lettre volée » — Formes voisines
II. L’obstacle du sujet
Clôture et clairière — La finitude — Pourquoi « moi » et ainsi ? — Le bonheur
III. L’archipel du mensonge
Paraît ce qui n’est pas — Ce qui est ne paraît pas — Ne paraît pas ce qui est — N’est pas ce qui paraît — Objection
IV. Le « phénomène » kantien
Triplicité du « phénomène » — Kant et Heidegger — L’éléatisme de Kant — Le schématisme — Retour de la « chose »
V. Séjour chez Circé
Le mythe ésotérique du Théétète — De Platon à Heidegger — Nietzsche : le prochain et le lointain — Quel être du sensible ?

DOMAINES
Première section. — Langage
I. Le sceau du secret
II. La parole prophétique
III. Esquisse d’une genèse
Deuxième section. — Ressemblance et analogie
I. Épreuves de la ressemblance
II. L’image et le secret
III. L’analogie
Troisième section. — Dyades
I. Sommeil et veille
II. Oubli et mémoire
III. Sourire et larmes
Quatrième section. — Appartenance et participation
I. L’appartenance et sa négation
II. Les hypothèses de la participation

ÊTRE ET PRÉSENCE
I. La transcendance
L’en-deça, l’au-delà et la limite — La ligne et le lin — Paradigme du Château — Être vers la mort — Une expérience de la miniature — Transcendance dans l’espace ? — Le néantissement dans la vie — La métamorphose — La musique comme transcendance formelle — La naissance et le péché — Mythe
II. Le secret de l’être
Un embarras dans « l’idée de l’être » en 1901 — « Intimior intimo cuilibet » — Origination et perte de l’être — L’humilité comme rapport au secret de l’être — La composition de l’étant selon le Philèbe — Pour faire le point — La révélation à Parménide — « Fides quaerens intellectum » — « Celui qui est »
Dénouement
Le présent et la présence — « Présent vivant » — Le couloir oblique

Notes

A propos des auteurs

Normalien et agrégé de philosophie, journaliste et essayiste chrétien proche de l’Action française avant-guerre puis du général de Gaulle, Pierre Boutang (1916-1998) a terminé sa carrière professeur de métaphysique à la Sorbonne. Il est l’auteur d’une œuvre prolifique, qui compte des traductions de Platon, des commentaires des plus grands auteurs de la littérature mondiale (Shakespeare) et des ouvrages philosophiques, dont Ontologie du secret est sans doute le plus abouti.